Return to site

Le #TOP 5 des villes où développer sa boite dans la foodtech

Un état des lieux rapide des principales ressources, partenaires et lieux qui vont te permettre de développer ta startup foodtech en France.

Notre sélection des villes foodtech incontournables

Lyon, foodtech, matériel et grande cuisine !

A Lyon, l’écosystème foodtech est porté par 80 startups (rien que ça !) et des partenaires locaux très impliqués. Le groupe SEB notamment est le chef de file du projet Open Food System, un véritable atout pour tout l'écosystème de la food. En effet, les startups qui innovent dans les objets connectés liés à la cuisine peuvent bénéficier de son fond corporate. Plus d'infos sur le site web dédié du groupe SEB.

Le deuxième partenaire incontournable et représentant de la gastronomie lyonnaise est l’Institut Paul Bocuse. Il ouvre ses portes deux fois par an aux innovations dans le domaine de l’alimentaire, via l’organisation du Food tech challenge. Allez-y !

Enfin, un nouvel incubateur foodtech axé sur la gastronomie et dédié à ceux qui font la cuisine pour de vrai : les chefs, est sur les rails à Lyon. il devrait ouvrir ses portes fin 2017 dans le 7ème arrondissement. Son nom : La Commune. Son objectif : aider les jeunes chefs "underground" à développer leur concept pendant 6 mois à 1 an.

Un genre de Top chef incubateur. On a hâte...

Côté qualité de vie, Lyon n'a plus rien à envier à la capitale en ce qui concerne l'offre culturelle. La dynamique économique est toujours aussi puissante et on est à deux pas de la montagne, et à trois pas de la mer...

La Bourgogne : l'accélérateur foodtech de haut niveau

La Bourgogne construit actuellement un hub incontournable pour l'écosystème foodtech en France, et sa notoriété grandit même à l’étranger. Avec plus de 350 partenaires revendiqués dans son écosystème, Dijon mise sur la mise en réseau. Chercheurs, grands comptes et startups s'y côtoient. Son accélérateur “Accelerise” (3 mois à raison d’un jour par semaine entre Paris et Dijon, puis 9 mois de suivi) est la proposition d’accompagnement la plus haut niveau pour les startups de la foodtech. Ce programme, s'appuyant sur le pôle de compétitivité dijonnais, a pour vocation d'accélérer votre croissance, jusqu'à passer à l’échelle de l’industrialisation. Le programme est même ouvert aux PME et aux grands groupes. Très sélectif, il a reçu en 2016 soixante-dix candidatures, de 8 pays différents, et n'en a sélectionné que 10%, soit 7 startups.

Côté qualité de vie, la Bourgogne, c'est l'élégance. Des villes magnifiques : Beaune, Dijon... avec une qualité de vie hors pair, à 1h de Paris et 1h de Lyon, Dijon c'est la classe avec des prix immobiliers accessibles et une ambiance moitié "bonne franquette", moitié territoire d'exception. On adooooore.

Montpellier et l'implication d’Invivo dans l'écosystème local foodtech

Invivo, premier groupe coopératif agricole français, a lancé son fonds d’investissement InVivo Invest. Il propose aussi aux startups de l’Agtech et de la Foodtech de les accompagner dans son “studio agro-digital” à Montpellier, un véritable cocon pour passer de l’idée à la réussite de ton POC, "proof of concept". A Montpellier, la dynamique entrepreneuriale est très forte, tu croiseras des entrepreneurs à succès. C’est là qu’a notamment démarré Lunchr, la nouvelle startup de Loïc Soubeyrand, une belle pépite de la foodtech également.

Côté qualité de vie, Montpellier dispose de forts atouts dés le départ... :) A-t-on vraiment besoin de développer ?

La Bretagne, la recherche et la foodtech : le futur des aliments se crée ici

De façon générale, la Bretagne, qui héberge 2 métropoles French Tech (Rennes-St Malo et Brest), 2 cantines numériques et qui a vu naître le réseau West Web Valley, est la région où il fait très bon entreprendre en ce moment, tous secteurs d’activité confondus. Et où il fait très bon vivre aussi... Si tu proposes une vraie innovation dans les aliments, la Bretagne est un bon choix pour se développer, grâce à la présence de Valorial, le pôle de compétitivité de l’aliment de demain, situé à Rennes. Il est soutenu par des laboratoires tels que Vegenov, spécialiste du végétal et des centres d’expertise sur le secteur agroalimentaire, également Adria, spécialisé dans la sécurité et la qualité alimentaire. Grâce à ces appuis, le pôle fournit un accompagnement de qualité, du démarrage jusqu’à la phase de développement de ton entreprise. Deux technopoles viennent compléter le tableau : Anticipa, à Lannion (très proche de St Brieuc, au bord de la magnifique côte de Granit rose) et la Technopole Quimper-Cornouaille.

Conclusion : Si tu es chercheur tu seras le bienvenue, si tu ne l'es pas, tu en trouveras pour t'aider !

Côté qualité de vie, on préfère laisser Jean-Ba t'expliquer l'accueil breton, il le fait tellement bien.

Paris et Nanterre et leurs dispositifs foodtech.

Depuis 2016, la ville de Paris a dans son réseau d’accompagnement un incubateur dédié à la foodtech : Smart Food Paris. Elior, Carrefour, le groupe UP, Danone, Michelin, et Bel, entre autres, sont partenaires de cet incubateur situé à l’Est de Paris. Il a accueilli dans sa première promotion la fine fleur des startups parisiennes de la foodtech.

Du côté de Nanterre est né un nouvel incubateur spécialement dédié aux startups food engagées dans la transition alimentaire et l'alimentation collaborative et solidaire. Tu y trouveras des bureaux, un incubateur, des espaces de travail partagés, un espace de dégustation et une ferme urbaine. Tout ça dans le Château de Nanterre entièrement rénové, un cadre de rêve pour travailler. Plus d'infos ici.

Là où trouver de l’argent

Les principaux fonds corporate

  1. Invivo invest, basé à Montpellier, est ouvert notamment à des financements early stage (C’est assez rare pour le faire remarquer) dans ses secteurs d’activité historiques : Agtech, Foodtech, et Winetech. Elle a notamment à son portefeuille la startup nantaire 10-vins.
  2. Seb alliances investit surtout dans les objets connectés liés au monde de la cuisine.

Les autres fonds

  1. - Cap Agro est « un fonds capital innovation au service des filières agro-industrielles » et il  concerne 5 domaines d’activité : Agriculture, Alimentation, Biomasse énergie et Biomasse industrie. Ses prises de participation sont très variées. Yooji, Chef Cuisine, Prêt à pousser, ou Agriconomie font par exemple partie des pépites financées par Cap Agro. 
  2. - Angels for food : Créé par Angelor, un fonds de la région lyonnaise rassemblant plus de 120 investisseurs locaux (cadres, entrepreneurs, dirigeants), Angels for food est ouvert aux pépites de la foodtech. Avec des contributeurs comme Florette, Valrhona, Lustrucru Frais, ou Charles&Alice, le fonds est clairement spécialiste, mais attention il n’investit que das des startups installées en région Rhone-Alpes (critère officiel = 200km)
All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly